En 2014, près de 70% de la population suisse (4,3 millions de personnes) détenait un smartphone. Selon un communiqué de l’Office Fédérale de la statistique, encore en Suisse, deux tiers des internautes surfent sur le web en dehors de chez eux ou de leur lieu de travail.

Les suisses sont donc résolument connectés au web et l’offre pour mobile est largement en train de s’adapter à cette tendance. On y voit là même une réelle opportunité pour les différents services offerts sur la toile, notamment pour le domaine de la rencontre.

Avec l’arrivée et le succès d’applications telles que Tinder, Grindr, Happn, etc, l’on peut dire sans se tromper que l’avenir de la rencontre sera résolument mobile. Petit panorama de ce que l’on trouve aujourd’hui.

Les applications déclinées par les sites de rencontre

Au niveau de la rencontre, il existe deux types d’applications dédiées à cette thématique. Il y a,  tout d’abord, les applications développées par les grands sites de rencontre déjà existants. L’objectif de ces applications et d’accompagner l’utilisateur et de lui proposer les services du site de rencontre où qu’il soit, pour qu’il ne rate pas une seule opportunité de rencontre. Ici, rien de bien nouveau. Les services sont plus ou moins identiques que ceux offerts par le site.

Il est quand même recommandé de créer un compte via un ordinateur pour s’assurer que cela soit bien fait (téléchargement de photos de qualité, remplissage de tous les critères, etc). L’application est donc une simple extension du site.

Les pures applications dragues

La deuxième catégorie d’appli disponibles dans le secteur de la rencontre est ce qu’on appelle les plateformes de Mobile Dating. Il s’agit d’applications autonomes et indépendantes des sites de rencontre existants.

Grindr a été la première application mobile lancée sur le marché aux Etats-Unis il y a 5 ans. L’app était dédiée aux gays et bisexuels. Blendr a suivi deux ans après pour répondre à la demande des hétéros. Depuis, de nombreuses applications ont été lancées.

En France, et plus précisément à Paris, l’app du moment s’appelle Happn. Cette app permet de rencontrer une personne que l’on a croisée dans la rue et qui nous a plus. Si la personne est aussi connectée à la plateforme, il est possible de la retrouver et de lui envoyer un message pour lui proposer un verre ou plus si affinité.

Mais aujourd’hui, l’application mobile de rencontre la plus répandue en Suisse (du moins en Suisse romande), c’est Tinder. Grâce à son système de géolocalisation, quelques minutes suffisent pour rencontrer des gens autour de soi.

En fonction de votre localisation, Tinder va donc vous proposer différents profils qui correspondent à vos critères. En se basant sur des informations basiques et sa photo, vous devrez ensuite indiquer si la personne vous plait ou non (on glisse à droite si on est intéressé, à gauche, si ce n’est pas le cas). Et si la personne que l’on vient de « juger » en fait de même, il y a un « match » (une affinité). C’est ce qui vous donne ensuite la possibilité de chatter directement avec la personne et finir par la rencontrer.

[blockquote text=’Ces deux types d’applications sont très différents. Les app déclinées d’un site existant s’adresseront davantage à des personnes à la recherche de rencontres sérieuses. Alors que les app de mobile dating (donc indépendantes de tout site) se destinent d’avantage aux jeunes qui souhaitent faire des rencontres détendues, simples, sans prise de tête, en somme, du « casual » dating.’ text_color=’#6e6e6e’ width=’90%’ line_height=’undefined’ background_color=’#ebebeb’ border_color=’#a01566′ show_quote_icon=’yes’ quote_icon_color=’#a01566′]

 

Une autre différence de taille, c’est qu’une application telle que Tinder est entièrement gratuite en Suisse, ce qui nous change des sites de rencontre qui demandent des abonnements mensuels de plusieurs dizaines de francs par mois.