[Récit de voyage] Cuba, destination idéale pour un voyage torride

30 Nov 2016

Aéroport de Genève. Comptoir Air Iberia. Bagages enregistrés. Nous voilà, bras dessus bras dessous dans la zone duty free. Isabelle est détendue, je suis légèrement crispé. Isabelle semble heureuse de partir… Je me demande si je n’ai pas fait une bêtise. En effet, partir une semaine avec une inconnue, une charmante personne certes mais que je ne connais pas, c’est risqué. Nous allons passer notre première nuit ensemble ce soir. Nous nous sommes croisés il y a une semaine mais cela ne nous a pas arrêté, nous partons en voyage à Cuba.

Cuba - destination idéale pour un séjour torride

Deux profils, un site de rencontre, et nous voilà à la douane internationale

Nos profils sur le site se sont plu. J’avoue que ses mensurations m’ont séduit. J’adore les formes et elle est bien faite la coquine. La quarantaine, pas mal pour moi qui en ai un peu, beaucoup plus ! Ses enfants sont gérés alternativement par son ex. Moi, ils sont indépendants étant plus âgés que les miens. J’adore ses cheveux longs, signe d’une féminité qu’il me tarde de découvrir. Bon, je suis impatient et en même temps un peu angoissé à l’idée de nous trouver pendant huit heures d’avion, seuls en tête à tête.

Voyage à Cuba un peu coquin…

Les sites de rencontre prédisposent à faire tomber les pudeurs rapidement, surtout par les femmes ! Je ne sais pas pourquoi, mais la charmante Isabelle semblait toute bien élevée et un peu méfiante même lors de notre première rencontre. Et voilà qu’elle me lance des mots émoustillants accompagnés de regards non équivoques sur ses envies à notre arrivée à Santiago de Cuba. En attendant le Mojito, nous trinquons avec deux coupes de champagne, vrais et pétillants comme il le faut. Nos yeux en disent long sur notre séjour cubain.

Arrivée au berceau de la révolution

La première impression en sortant de l’aéroport, la chaleur étouffante et une humidité hors du commun. En amateur éclairé de cigares que je suis en toute modestie, je pense tout de suite qu’il n’y a pas besoin ici d’humidificateur pour conserver nos chers barreaux de chaise. La seconde impression, humoristique et pleine de saveur au pays de l’idéologie marxiste, est l’étonnement pour un Occidental de voir les gens dans la rue fumer naturellement leurs Cohiba et autres Partagas. Ici, c’est évident, le fait de fumer le cigare n’est pas un signe ostentatoire de classe sociale !

Contrôle des mœurs à la cubaine

Ici, tout est prétexte aux contrôles de la police révolutionnaire. En effet, les entrées dans les hôtels, les plaques minéralogiques des quelques voitures et cars qui circulent. Certaines vous permettent de circuler le dimanche, d’autres de sortir des grandes villes. Cependant, les touristes sont privilégiés. Les Cubains un peu moins et cela se voit dans leurs regards un peu perdus même si la Salsa, danse merveilleuse de mouvements et de sensualité, est le signe extérieur de richesse du cœur.

Rencontre intime dans la chambre de l’hôtel

Voilà, les bagages sont montés. La chambre, sans grand luxe, est malgré tout accueillante. Le lit est large et propre. Nos corps se rassemblent. Nos lèvres font la révolution. C’est sûr, le site de rencontre est bien loin. En effet, la réalité prend vite le pas sur le monde virtuel tant décrié d’internet. Isabelle, sans retenue, se laisse déshabiller promptement et sensuellement. Oubliés le Che et ses adeptes des années 50. Oubliés la gauche, la droite, les marxistes et les réactionnaires. Nos bagages attendront. Viva Cuba !

Souvenirs, désirs et plaisirs

Dès le lendemain de notre arrivée, nous découvrons tendrement enlacés la fête de la musique hebdomadaire où chaque dimanche les Cubains sortent dans la rue et jouent d’un instrument de musique. Superbe témoignage chaleureux d’un peuple attachant. Nous sommes, avec Isabelle, impressionnés par la superbe cathédrale située à côté de la place principale de Santiago de Cuba. Nous observons en silence l’office religieux. Ferveur chrétienne et enthousiasme révolutionnaire, étrange paradoxe de cette Île des Caraïbes. Retour à l’hôtel et dégustation des boissons locales à consommer avec modération vu le taux d’alcool du rhum. Les Cuba Libre et Mojito, mélange de rhum, de citron accompagnés de feuilles de menthe fraîche sont trompeurs même s’ils sont délicieux.

Les plants de tabac nous envahissent

Perdus au cœur d’immenses feuilles hautes de plus de deux mètres, nous sommes enivrés par les explications des spécialistes. La nicotine se rassemble sur les feuilles du haut, car ensoleillées à l’extrême. Cette même nicotine est quasi absente sur les feuilles du bas car trop à l’ombre. Les bonnes feuilles pour les bons cigares de qualité sont donc celles du milieu qui seront consacrées aux cigares les plus recherchés.

Une semaine palpitante et une vraie rencontre

En conclusion, beaucoup d’images dans nos têtes. Nous sommes dans l’avion de retour pour Genève. Je pense que nous allons nous revoir. Je suis certain en tout cas qu’Isabelle a apprécié sa semaine. Je me pose des questions… Réponse l’année prochaine lorsque nous repartirons en voyage à Cuba !

 

 

                                                                 

 

Pas encore d'avis

Donnez nous votre avis